Fenêtre en sous-sol


Une vue imprenable sur les autres habitations

Une vue imprenable sur les petites maisons

Un jardin de pierres bâti

Pour assurer le repos et l’éternité

Les maisonnettes ne se ressemblent guère

Nous n’avons pas tous eu le même architecte

De formes et de matières différentes

Elles sont toutes dans leur horizontalité

Voisins sympas et pas bruyants

Pour une fois, on ne se fâchera pas

Le temps s’écoule doucement

Pas beaucoup de dérangement

Ici, le silence est exigé

Par toute la copropriété

On nous respecte et même on nous chérit

Nous avons parfois un peu de compagnie

Un petit vieux ou une petite vieille

Qui viennent pour parler un peu

Ils passent ici aussi, pour visiter

Leur prochaine résidence

En quelque sorte l’appartement-témoin

Il y a également de la mélancolie

Quand un plus jeune vient larmoyer

Ou de notre absence se désespérer

Un peu de pleurs et de vague à l’âme

De ne pas avoir su plus s’aimer

On finit toujours par être regretté

Mais jamais ne dure cet échange

Le temps ne permet que l’on s’épanche

Je sais qu’on vient déposer des fleurs

De celles que j’aime, des roses aux épines acérées

Dont le parfum ne vient jamais aiguillonner mes narines

Cela n’a guère d’importance

La décoration sert à ceux qui la préparent

Nous n’avons plus les mêmes priorités

Dans ce repaire reposant

Une fois de plus je n’ai pas choisi

Ni l’endroit, ni l’envie

J’avais laissé le soin à mes enfants de la payer

Mes quatre planches et ces quatre poignées

Publié
C'est aussi par là !
  • Facebook Classic

C'est aussi là !

  • Facebook Classic

© 2015 - HG -